Sciences, Études, Terroir, Préservation, Responsabilité, Potager, Permaculture, Écosystème, Observation de la Faune et de la Flore, Bon Sens terrien et paysan, Pratiques Durables, Équilibre de la Nature

LE THÉ DE COMPOST

La terre n’est pas seulement un monde inanimé ou seuls les minéraux font pousser les plantes. Le sol est un écosystème à part qui accueille à sa surface les végétaux et abrite de nombreux organismes, on parle de microfaune , de microflore et de sol vivant générateur d’humus .

UNE MICROBIOLOGISTE AVANT-GARDISTE

À la fin des années 90, Elaine Ingham une microbiologiste américaine publie un travail qui met en avant l’importance de la présence des micro-organismes dans le sol. La part minérale de la terre ne peut être suffisante dans la conception d’une agriculture pérenne. Avec les avancées scientifiques, l’attention est alors portée à ces milliards de micro-organismes dans les cultures agricoles.

Bactéries, protozoaires, nématodes, champignons, ils produisent tous des nutriments en décomposant la matière organique et rendent disponible une quantité d’éléments dont se nourrissent les plantes. Dans un gramme de terre, il peut se compter environ 10 000 micro-organismes.

Le compost, lieu de décomposition de la matière organique, est la place idéale pour trouver ce monde minuscule. Mais comment les multiplier pour accroître leurs bénéfices ?

Voilà la question à laquelle Elaine Ingham a répondu en inventant une recette de thé de compost dans un milieu en aérobie (oxygéné) avec de l’eau et de la matière organique pour démultiplier les micro-organismes et les utiliser dans les champs et les jardins .

Sa découverte est novatrice et vise à réinviter la vie biologique dans des sols anciennement surexploités en les rendant plus sains.

LA RECETTE DU THÉ AU COMPOST

La recette de la chercheuse est la suivante :

Il faut 4 kg d’un compost de très bonne qualité avec des matières carbonées et azotées équilibrées, à placer dans un filet aux mailles fines.

Cet énorme sachet de thé est à plonger dans 100 litres d’eau non chlorée à 22° c. Il faut aussi ajouter de quoi nourrir les micro-organismes, avec une mélasse verte, 250 ml composée de pulpe de fruits mélangée à du sucre de canne bio.

Dans le contenant où sera placé le tout, il faut immerger une pompe à air pour oxygéner le thé en continu. Vous pourrez enfin ajouter 125 g d’algues séchées et broyées (fucus, laminaria), 30 cl d’huile de foie de morue et 30 cl d’acide humique. La fermentation doit durer 24 heures. Vous pouvez laisser reposer le compost 20 minutes après l’arrêt de la pompe et pulvériser le thé sur les plantes et leurs feuilles, le sol et même sur les semis à la volée. L’opération peut être répétée au printemps et à l’automne. Le thé va créer une barrière biologique sur la plante, de ses racines à la pointe de ses feuilles et améliorer sa santé.

LES BÉNÉFICES DU THÉ DE COMPOST

Les micro-organismes sont comme les auxiliaires du cultivateur. Ils permettent de :

– rendre disponibles de nombreux nutriments aux plantes

– stimuler la croissance des végétaux et les rendre résilients

– entrer en concurrence avec les micro-organismes pathogènes et lutter contre les maladies des plantes sur le sol ou les feuilles

– diminuer l’utilisation des pesticides sur les cultures et augmenter la production

– réactiver la vie biologique du sol et augmenter la régénération d’humus sur un terrain

Bien que la taille des micro-organismes ne soit pas perceptible à l’œil nu, leur présence se révèle avec le temps, à travers les saisons, dans le bon développement des végétaux et la régénération de la terre.

Dans votre jardin, les micro-organismes vont vous donner des légumes plus résistants et plus nourrissants d’un point de vue nutritionnel.

Allez-vous tenter de réaliser un thé de compost pour votre jardin ?

*ps : Le thé de compost ne se conserve pas car les micro-organismes sont des êtres délicats qu’il faut rapidement introduire dans votre jardin. De plus, cette recette ne dégage aucune mauvaise odeur.


0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

LA BUTTE AUTO-FERTILE AU POTAGER

Sepp Holger, fermier et permaculteur autrichien développa il y a quelques années, la « Hugelkultur », la culture sur butte auto-fertile. À l’origine conçue pour faire pousser arbres et arbustes en agroforesterie, cette technique est ensuite utilisée dans le potager avec des résultats intéressants, étudiés à travers le monde dans les zones difficiles à cultiver.

LIRE LA SUITE →

MICROCOSMOS : LE PEUPLE DE L’HERBE, UN FILM DÉCOUVERTE

Nous vous présentons un film qui fait écho aux richesses environnementales et à la préservation de la biodiversité. Une œuvre singulière qui entraîne dans un monde fascinant, celui du minuscule, dans les étendues aveyronnaises.

LIRE LA SUITE →

LES GRAINES, LA RICHESSE D’UN JARDIN

La graine, issue de la fécondation d’une fleur et du passage d’un pollinisateur est un symbole d’origine, de naissance de la nature. Essentielle au jardinier pour ses cultures, la graine a été sélectionnée pendant des millénaires par l’humanité, pour se nourrir de l’abondance des qualités nutritives et gustatives qu’offre le monde végétal.

LIRE LA SUITE →

Découvrir de belles histoires

DRAGONFLY ART OF LIFE

DOMAINE DES ETANGS

LA LAITERIE