Philosophie, Histoire, Livre, Pensée Engagée, Citation, Partage, Ecosystème, Gestion des Terres, Elevage, Transmission, Equilibre de la Nature

LE MYSTÈRE DU MOT « HUMUS »

D’où vient un mot, comment se transforme-t-il et comment évolue sa signification ? Passé de génération en génération à travers les cultures et les géographies, son interprétation peut être multiple à travers le temps. Car il y a la compréhension individuelle, la compréhension du groupe et une histoire faite de transmission.

Aujourd’hui, découvrons une partie de l’histoire du mystérieux mot latin « humus » qui signifie le sol, la terre. Nous allons tenter de comprendre son lien avec le mot Homme.

LA GENÈSE D’UN MOT

L’un des personnages de la Genèse, dans l’Ancien Testament, fait déjà référence à l’élément terre. Il s’agit d’Adam, le premier homme, qui en grec « Adamah » se traduit par « argile, poussière ». Dans ce livre écrit entre 1200 et 1600 av J-C, l’Homme est une argile sur laquelle le créateur insuffle la vie pour l’animer. Ce créateur prend d’ailleurs souvent le rôle métaphorique du potier. Dans la suite des livres bibliques, l’élément terre sera souvent associé au corps humain et à la guérison. De manière spirituelle l’Homme provient donc de cette matière.

Toujours dans le livre de la Genèse, avec les fils d’Adam et d’Eve, Caïn et Abel, le rapport à la terre se transforme. Chassés du jardin d’Eden, leurs fils doivent se mettre à l’agriculture pour survivre. Caïn devient agriculteur et son frère Abel est berger. Ils représentent symboliquement les peuples pratiquant l’agropastoralisme. Des peuples nomades qui, plus tard, se sédentariseront pour bâtir les premières sociétés humaines et utiliseront l’irrigation des cultures comme le levier d’un nouveau modèle agricole.

Caïn se traduit en grec par « artisan » et Abel par « souffle ». Nous pouvons supposer qu’ils représentent ce passage de l’état de Nature à l’état de Culture. Il y a ici aussi une relation avec la terre, un lien nourricier.

De la Bible traduite en grec ancien, la Septante, les auteurs de l’antiquité s’inspireront peut-être de cette idée d’Homme né de la terre, qui la travaille pour vivre.

Hyginius, en l’an 1 av J-C, écrit dans ses fables en latin : « Homo vocetur quoniam ex humo videtur esse factus ». Ce qui peut être traduit par « Il est appelé homme, car il semble avoir été fait de terre ». Un rapprochement que lui reprochera plus tard l’orateur romain Quintilien en parlant de hasard de ressemblance.

Plus tard au 7ème siècle, Isidore de Séville, évêque proche de l’interprétation spirituelle biblique, écrit dans son dictionnaire étymologique : « L’Homme est appelé Homo parce qu’il est né de la terre Humus ».

OUBLI PUIS RÉAPPARITION

Le mot « humus » disparaît du langage courant sur toute la période du Moyen-Age et de la Renaissance. Il ne sera pas utilisé dans l’ancien français comme en témoignent les dictionnaires du langage françois.

Mais en 1735, à l’époque des Lumières, les encyclopédistes retournent chercher le mot « humus » dans le dictionnaire latin pour le remettre au goût du jour. C’est ainsi, de manière surprenante, qu’en 1855 l’Académie française replace le mot « humus » dans le langage courant. C’est alors que les mots : humique, humicole, humine, apparaissent au fil du temps.

HERITAGE ANTIQUE ET INTERPRETATION MODERNE

En 1948, dans un texte sur l’humanisme contemporain, Niculae Herescu décide d’associer philosophiquement deux listes de mots et de les mettre en parallèle avec pour référence le lien antique qui associe l’élément terre à l’Homme.

Homo/homme – Humanus/humain – Humanitas/humanité

Humus/terre – Humilis/proche de la terre – Humilitas/humilité

Rapprocher ces deux listes met en lumière cette idée d’origine de l’humanité. L’Homme proche de la terre, est invité à l’humilité.

C’est un message philosophique qui est délivré. La terre, élément premier de la Vie, dont nous sommes naturellement proche, nous inspire et nous influence dans les mots que nous utilisons à travers les siècles pour la désigner et nous définir.

Et vous comment associez-vous le mot « humus » au mot humanité ?

Crédit Photo : Arthur Péquin
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

LA BUTTE AUTO-FERTILE AU POTAGER

Sepp Holger, fermier et permaculteur autrichien développa il y a quelques années, la « Hugelkultur », la culture sur butte auto-fertile. À l’origine conçue pour faire pousser arbres et arbustes en agroforesterie, cette technique est ensuite utilisée dans le potager avec des résultats intéressants, étudiés à travers le monde dans les zones difficiles à cultiver.

LIRE LA SUITE →

MICROCOSMOS : LE PEUPLE DE L’HERBE, UN FILM DÉCOUVERTE

Nous vous présentons un film qui fait écho aux richesses environnementales et à la préservation de la biodiversité. Une œuvre singulière qui entraîne dans un monde fascinant, celui du minuscule, dans les étendues aveyronnaises.

LIRE LA SUITE →

LES GRAINES, LA RICHESSE D’UN JARDIN

La graine, issue de la fécondation d’une fleur et du passage d’un pollinisateur est un symbole d’origine, de naissance de la nature. Essentielle au jardinier pour ses cultures, la graine a été sélectionnée pendant des millénaires par l’humanité, pour se nourrir de l’abondance des qualités nutritives et gustatives qu’offre le monde végétal.

LIRE LA SUITE →

Découvrir de belles histoires

DRAGONFLY ART OF LIFE

DOMAINE DES ETANGS

LA LAITERIE